Joe Clark: Accessibility | Design | Writing

Transcript of remarks to Standing Committee on Canadian Heritage on CBC accessibility

The official transcript is located at possibly the worst Web site in the country (alternate link). The version below is provided for convenience and has been trivially copy-edited. (For reference, see my remarks on general accessibility before this same committee in 2002.)

English original

(French translation below.)

MR. JOE CLARK (Media Access; as an Individual): Hi there. Thanks for having me.

My name is Joe Clark. I live here in Toronto. This is the third time I’ve given evidence before this esteemed committee. I was here in 2002 and also in 1990. I hope this will be the time when something actually happens after my appearance.

I have a 25-year interest in accessibility for people with disabilities. I do consulting work for clients on accessibility. It’s mostly Web accessibility, and topics like captioning and audio description. I’ve done a couple of little jobs for CBC here and there, but I don’t have any contracts with them at present. I give lectures and presentations around the world on accessibility and other topics, and I wrote a book on Web accessibility.

So let’s start with some terminology. I think everyone in this room knows what captioning is. It is a transcription of dialogue and important sound effects for deaf and hard-of-hearing viewers. For live shows and a few other programs, we use real-time captioning, which usually involves a stenographer typing on a specialized keyboard, although now some people are trying to use a certain type of voice recognition. There are two main presentation styles for captioning. If you’ve watched a live show with captioning, you’ve seen scroll-up captioning, in which words appear from left to right and then are pushed up another line and a new line comes along. The other option is pop-on captioning, in which a single caption appears as a stationary block and is replaced by another stationary block or a blank screen.

Today I don’t have time to talk about two really important topics, which are audio description for the blind and accessibility on the Web, including accessibility of video on the Web. You can ask me about those later, if you wish. Today I’m only going to talk about captioning.

What’s going on with captioning at the CBC? Well, did you know CBC is the only broadcaster in the world that has to caption every second of its broadcast day? That’s because a deaf lawyer, Henry Vlug, filed a human rights complaint about missing and inadequate captioning, and he won. Starting in November 2002, CBC claimed to comply with that decision by captioning everything on CBC television and Newsworld. But they aren’t captioning everything. For three years, I watched CBC and took notes. I found well over 100 cases of missing or inadequate captioning. I published my results in November 2005, and it seemed that I was being taken seriously.

The Canadian Human Rights Commission forwarded my findings to CBC, which eventually bothered to respond. The CBC agreed that all of the different kinds of captioning errors I found had happened or could have happened, and they claimed to be tightening up their procedures. But the CBC sounded defensive and angry on other points. CBC claimed that subtitled movies don’t need to be captioned, even though sound effects are never subtitled; that scroll-up captioning was just fine for dramas and comedies; and that real-time captioning absolutely should be used for programs that aren’t live. They angrily defended themselves, using terms like “disagree strenuously” and “dispute vehemently”.

Then the Human Rights Commission tried to scuttle the case. My lawyer made the mistake of using the word “complaint” in a letter to the Canadian Human Rights Commission, and they seized on that and made it sound like there was never a complaint in the first place, and I’d have to file one from scratch. Basically, the Human Rights Commission tried to cancel its own investigation. CBC captioning hasn’t really improved. Nothing has been completely fixed. I’m still taking notes, and the results are up on my Web Website.

Now, if CBC can’t maintain 100% accessibility, who can? If a public broadcaster cannot maintain a legal requirement to provide 100% captioning, what hope do we have for 100% captioning anywhere? Why would private broadcasters, who’ll do anything to save a penny, put in any effort at all to get to 100% captioning? What hope do we have for audio description for the blind on most programming or all programming?

On several occasions, I’ve offered to meet with CBC to talk about captioning and accessibility in general. But they’ve always refused, and they did that even after they promised to meet me way back in 2002. I think it’s all very embarrassing that I proved that CBC isn’t living up to its requirements and that the Canadian Human Rights Commission has been asleep at the switch and hasn’t been enforcing its own ruling.

Okay, what about French captioning? Well, back in 2004, retired Senator Jean-Robert Gauthier, who some of you may know personally, and who was a hard-of-hearing person, filed a complaint against Société Radio-Canada concerning captioning. As part of the settlement process, CBC agreed to submit a report on the state of captioning, particularly real-time captioning, on Radio-Canada and Réseau de l’information. I read the report, and I wrote the only known critique of it. All they were proposing was to increase the pool of real-time captioners by two people, and they weren’t going to guarantee 100% captioning. There wasn’t any discussion of quality standards.

And what about quality of captioning? Well, CBC has a lot of problems there. First of all, they still insist on using all capital letters, a ridiculous holdover from the 1970s. They have a homegrown captioning standard that isn’t the same as the standard used at Radio Canada. Having two standards means you don’t have a standard.

And neither of those standards was published, let alone tested. They use real-time captioning for shows that aren’t live. They don’t prepare their real-time captioners well enough. If you watch sports programming that doesn’t involve professional sports, you’ll find that most of the proper names are mangled, because they weren’t provided to the captioners in advance. A lot of these shows are actually pre-recorded and shouldn’t be using real-time captioning in the first place. CBC is totally in love with scroll-up captioning because it’s so cheap, and they use it on completely inappropriate shows like fictional narrative programming. It’s impossible to follow a drama or a comedy using scroll-up captioning. Try it sometime.

They refuse to caption subtitled programming or outside commercials. Only commercials for the CBC itself, things like promos for upcoming shows, are supposed to be captioned, and even then sometimes they aren’t. They refuse to use Canadian English. You’d think this kind of colonialism would be extinct by now, but CBC uses British English, and they don’t even get that right.

Now funnily enough, I have a solution to this problem. I’m the founder of the Open & Closed Project. It’s an independent non-profit research project that I’ve been incubating for five years. Our goal will be to write a set of standards for the four fields of audio-visual accessibility: captioning and audio description, subtitling, and dubbing. There are no such standards, at least none that were developed in an open process and were tested with viewers. We’re going to spend four years developing the standards, and then a year testing them in the real world. We’ll publish the specifications and train and certify practitioners. At that point, it will be possible for broadcasters like the CBC and producers and the CRTC and viewers to insist that all their accessibility be Open & Closed–certified.

Also at that point, there won’t be as many kinds of captioning as there are companies doing it. Everything will be standardized. There will just be captioning. There won’t be CBC-style captioning or CTV-style, or the style of whoever had the lowest bid. We need half a million bucks for the first year, and $5 to $7 million for the whole seven-year project – which is peanuts. We’ve applied for funding from the social benefits spending from several of the broadcast industry mergers. We have bubkes so far, but that can’t last, because we have support from all over the place.

We have industry support. We have signed support letters from captioning and description providers, software makers, and broadcasters in four countries.

We have grassroots support. I set up a micropatronage program to pay for fundraising for the full project. Two hundred and fifteen people made voluntary financial contributions, and dozens of them wrote support letters.

We’re friends with all the right researchers. Not only are we on a first-name basis with all the right researchers in the accessibility field, but we’ve got verbal agreements with some of them.

But the Open & Closed Project does not have CBC’s support. Now, some staff are privately supportive, including one person who wrote us a support letter. But we need more than that. It would mean a lot, really, if Canada’s national public broadcaster accepted the need for outside independent standards and supported their development. Support could mean anything. It doesn’t have to cost money. A good place to start would be a public statement. But for that to happen, CBC would have to get over itself and stop being so arrogant and defensive. By the way, not only has the CBC failed to support the Open & Closed Project, it has held secret closed-door meetings with other broadcasters and other audio description service providers to rewrite existing standards.

To sum up, CBC has an unusual captioning requirement, and they aren’t living up to it. They’re angry and defensive when you ask them about it. The Human Rights Commission refused to enforce or even investigate its own ruling. CBC cooks up its own standards rather than supporting independent open standards.

Thank you.

THE CHAIR: Thank you for that.

MS. DIANE BOURGEOIS: Thank you, Mr. Chairman.

I don’t have any questions for Messrs. Gue, Lewis or Spence because, since I live in Quebec, I don’t follow politics in English Canada. So I’ll leave the floor to the other committee members.

Mr. Wilks, you have a lot of expectations of this committee, and we’re going to try to meet them as best we can. Moreover, that’s why we’re here.

As for Joe Clark, the homonym of the other one, I would like to ask you specifically what your demands are. You’ve produced a beautiful document, and you explained all the complaints you’re filing in detail. If we had only one or two demands to make of the CBC, could you properly summarize what they would be?

MR. JOE CLARK: That’s pretty simple, actually. The CBC should be a standard bearer for accessibility in Canada. That means on its television networks, for example, 100% captioning and a large quantity of audio description; on the Web, accessibility for people with disabilities there; and point number two, all that accessibility should be carried out according to independently developed open standards. It’s easy.

MS. DIANE BOURGEOIS: So you would like access for persons with disabilities and you would like this done openly. What does that mean?

MR. JOE CLARK: No, it would be according to standards that were developed openly through independent outside process. The standards are developed openly. They’re not closed standards.

MS. DIANE BOURGEOIS: Who developed that external process?

MR. JOE CLARK: For the Web, there are already existing international independently developed standards that could be adhered to, so that’s already in place. For broadcasting, for things like captioning and audio description, my organization wants to write those standards independently.

MS. DIANE BOURGEOIS: That’s good, thank you.

If I understand correctly, both you, Mr. Clark, and the people here seem to be saying that the complaints system at the CBC doesn’t work well and that it would be in everyone’s interests to put better control measures in place. Is that in fact what you told us?

MR. JOE CLARK: Not specifically, because I don’t have complaints about journalistic objectivity, as the other members of the panel might, nor do I have complaints about funding mechanisms or which documentary errs and which documentary didn’t. I don’t have those sorts of complaints.

When you get right down to it, discussing accessibility on the CBC is a sort of internal matter. It’s a matter of their own production operations. In fact, if you go to the broadcasting centre here in Toronto, it’s on the sixth floor in the program broadcast services department. So when it comes to complaints, I’m not in the same category as my esteemed colleagues on this table.

However, you are bringing up a point that CBC is not very good at dealing with criticism. They really only have two modes. They flinch. The first thing they can do, especially if some right-wing organization provides criticism, is just flinch and cave in completely. The example of that would be, let’s say they produced an historical docudrama about a famous politician from the prairies, and that docudrama, even though it was fictional, showed the politician wearing his watch on his right arm when in fact he wore it on the left, and after a fusillade of complaints about this terrible historical inaccuracy, CBC gives in completely and agrees never to air it again and to stop selling the DVDs. That would be an example of their flinching.

The other case is the one I’ve experienced, where the CBC are complete rat bastards about things. You prove to them that they’ve made a mistake and they grit their teeth and seethe and angrily insist that, no, they didn’t make a mistake. They dispute the definition of what a mistake is. They go through an entire list of things, but it’s all done in anger and defensiveness.

So if we were talking about improving the complaint culture at CBC, I’d say they should get out of those two modes of just flinching and being arrogant and defensive all the time.


Thank you, Mr. Chairman.

THE CHAIR: Mr. Angus.

MR. CHARLIE ANGUS: Thank you very much for the presentations this afternoon.

Mr. Clark, I’m interested because captioning is a huge issue in our home. We don’t watch movies that aren’t captioned. The TV is off if it’s not captioned, because my oldest daughter is deaf. We’ve seen lots of captioning where it suddenly turns into Norwegian script. When they have to have somebody’s name, there are 13 j’s and two x’s and it’s incomprehensible to read. There are delays where the punchlines are long gone when you’re still trying to catch up to the captioning.

In terms of DVDs, I don’t know if you’ve checked. In most Canadian movies that I see – Well, we don’t watch them because they don’t have captioning, period. American films all have captioning. Are you aware of whether CBC products that are available for DVD come captioned?

MR. JOE CLARK: Let’s go through those things one after another. Errors: I assume you’re referring to real-time captioning, like a newscast, for example?


MR. JOE CLARK: If it’s an uncommon proper name, and those things happen every single day, then the real-time captioners do not have that name in their dictionary. They either have to laboriously spell it letter by letter, and that can happen several times in the course of a sentence, or just put in frenetic strokes and hope it gets translated correctly, and that often doesn’t work. By the next day, though, if that name is still in the news, the name is put in the dictionary, but you won’t see that.

Delays – are you also referring to real-time captioning on live shows?


MR. JOE CLARK: The human captioner has to hear the audio, think about it, type the right keystrokes or re-voice it, and then that has to be translated by the computer software, sent back over the phone line, and then sent back to you. There is an unavoidable three- to nine-second delay, even in really good real-time captioning, and that will never change.

Now, for DVDs, it’s true: most studio releases in the United States have captioning in part because of a settlement in a class action lawsuit that came through in 2006. A lot of the DVDs in Canada come from small, independent producers, or – let’s put it generously – rather economical, spendthrift [I meant “cheap”] producers, and they don’t even bother with French audio track or French subtitling. So it is quite common to find Canadian DVDs that don’t have captioning. The CBC DVDs that I have watched have had captioning, and several of them have had audio description. I have not done a check to see if this is consistent across the board.

French translation

M. JOE CLARK (Media Access, à titre personnel): Bonjour. Je vous remercie de votre invitation.

Je m’appelle Joe Clark. Je viens de Toronto. C’est la troisième fois que je témoigne devant votre honorable comité. J’étais ici en 2002 et aussi en 1990. J’espère que cette fois-ci il se passera vraiment quelque chose après ma comparution.

Je m’intéresse depuis 25 ans au problème de l’accessibilité des personnes handicapées. Je travaille comme consultant dans ce domaine. Il s’agit surtout d’accessibilité au web et de sujets tels que le sous-titrage et la description audio. J’ai un peu travaillé pour la SRC, de temps à autre, mais je n’ai pas de contrat avec elle en ce moment. Je donne des conférences et fais des présentations dans le monde entier sur l’accessibilité et autres sujets, et j’ai écrit un livre sur l’accessibilité au web.

Commençons donc par un peu de terminologie. Je crois que toutes les personnes ici présentes savent ce qu’est le sous-titrage. C’est une transcription du dialogue et des effets sonores importants pour les spectateurs sourds ou malentendants. Pour les spectacles en direct et quelques autres, nous utilisons le sous-titrage en temps réel; cela implique habituellement la participation d’un sténographe utilisant un clavier spécial, encore que maintenant, certains essaient d’utiliser un système de reconnaissance de la voix. Il y a deux styles principaux de présentation pour le sous-titrage. Si vous avez suivi un spectacle en direct sous-titré, vous avez vu le sous-titrage à défilement, dans lequel les mots défilent de gauche à droite pour céder la place à la ligne suivante. L’autre option est le sous-titrage dans lequel une seule légende apparaît dans un bloc stationnaire qui est remplacé par un autre bloc stationnaire ou par un écran vide.

Aujourd’hui, je n’ai pas suffisamment de temps pour parler de sujets vraiment importants, la description audio pour les aveugles et l’accessibilité sur le Web, y compris celle de la vidéo. Vous pourrez me poser des questions à ce sujet tout à l’heure, si vous le désirez. Aujourd’hui je vais uniquement parler du sous-titrage.

Où en est le sous-titrage à la SRC? Savez-vous que la SRC est le seul diffuseur au monde qui soit tenu de sous-titrer chaque seconde de ses émissions quotidiennes? C’est parce qu’un avocat sourd, Henry Vlug, avait déposé une plainte liée au droit de la personne concernant l’absence ou l’insuffisance de sous-titrage, et il a gagné. Depuis novembre 2002, la SRC soutient qu’elle se conforme à cette décision et qu’elle sous-titre tout ce qui passe à CBC Television et à Newsworld. Mais ce n’est pas vrai. Pendant trois ans, j’ai suivi les programmes et j’ai pris des notes. J’ai relevé nettement plus de 100 cas d’absence ou d’insuffisance de sous-titrage. J’ai publié les résultats en novembre 2005, et apparemment, on m’a pris au sérieux.

La Commission canadienne des droits de la personne a transmis mes observations à la CBC, qui a finalement condescendu à répondre. Elle a reconnu que tous les types d’erreurs de sous-titrage que j’avais relevés s’étaient produits ou auraient effectivement pu se produire, et a déclaré qu’elle donnerait dorénavant plus de rigueur à ses procédures. Mais sur d’autres points, la CBC a eu une attitude défensive et a réagi avec colère. Elle a déclaré que les films avec sous-titres n’ont pas besoin d’être sous-titrés, même si les effets sonores ne le sont jamais; que le sous-titrage à défilement était parfaitement satisfaisant pour les drames et les comédies; et qu’il fallait absolument utiliser le sous-titrage en temps réel pour les programmes qui ne sont pas transmis en direct. La CBC a violemment réagi et s’est défendue en employant des termes tels que «Nous nous inscrivons catégoriquement en faux» et «nous contestons vigoureusement».

Ensuite, la Commission des droits de la personne a essayé de saborder l’affaire. Mon avocat a commis l’erreur d’utiliser le mot «plainte» dans une lettre à cette Commission qui en a profité pour déclarer qu’il n’y avait jamais eu de plainte au départ et qu’il faudrait que j’en présente d’abord une. Essentiellement, le but de la Commission était d’essayer d’annuler sa propre enquête. Le sous-titrage à la CBC ne s’est pas vraiment amélioré. Rien n’a été totalement réglé. Je continue à prendre des notes, et les résultats sont présentés sur mon site Web.

S’il est impossible à la CBC d’assurer une accessibilité à 100 p. 100, qui peut le faire? Si un radiodiffuseur public ne peut pas respecter l’obligation juridique qui lui est faite d’assurer un sous-titrage à 100 p. 100, comment peut-on espérer l’obtenir ailleurs? Pourquoi des diffuseurs privés, qui sont prêts à tout faire pour économiser un sou, feraient-ils le moindre effort pour parvenir à tout sous-titrer? Comment oser espérer que la plupart des émissions ou toutes les émissions soient accompagnées d’une description audio pour les aveugles?

J’ai proposé à plusieurs reprises à la CBC de venir lui parler de sous-titrage et d’accessibilité en général. Mais j’ai toujours essuyé un refus, même après qu’elle ait promis de me rencontrer en 2002. Il est très embarrassant de voir que j’ai trouvé que la CBC ne respecte pas ses obligations et que la Commission canadienne des droits de la personne s’est laissée prendre de court et n’a pas fait appliquer sa propre décision.

Bon, et le sous-titrage en français? Eh bien, en 2004, le sénateur en retraite Jean-Robert Gauthier, que certains d’entre vous connaissent personnellement, et qui était malentendant, avait déposé une plainte contre la Société Radio-Canada au sujet du sous-titrage. Dans le cadre du processus de règlement, la SRC avait accepté de présenter un rapport sur l’état du sous-titrage, en particulier le sous-titrage en temps réel, sur Radio-Canada et au Réseau de l’information. J’ai lu le rapport et j’en ai écrit la seule qui existe à ma connaissance. Tout ce que proposait la SRC était d’ajouter deux personnes au groupe des sous-titreurs en temps réel, s’en s’engager à assurer un sous-titrage à 100 p. 100. Rien n’était dit des normes de qualité.

Qu’en est-il donc des normes de qualité? Eh bien, la SRC connaît bien des problèmes dans ce domaine. Premièrement, elle persiste à ne vouloir utiliser que des capitales, ridicule héritage des années 1970. La CBC a une norme bien à elle qui n’est pas la même que celle qu’utilise Radio-Canada. Utiliser deux normes différentes équivaut à ne pas en avoir du tout.

D’ailleurs, aucune de ces normes n’a été publiée, voire même mise à l’essai. Le sous-titrage en temps réel est utilisé pour les programmes qui ne sont pas transmis en direct. Les sous-titreurs en temps réel sont insuffisamment préparés. Si vous suivez une émission sportive qui n’est pas consacrée à un sport professionnel, vous constaterez que la plupart des noms propres sont massacrés, parce qu’ils n’ont pas été communiqués d’avance au sous-titreur. Bon nombre de ces émissions sont d’ailleurs préenregistrées et, de toute façon, elles ne devraient pas utiliser de sous-titrage en temps réel. La CBC adore le sous-titrage à défilement parce qu’il est peu coûteux, et elle l’utilise pour des programmes totalement inappropriés tels que les émissions d’histoires fictives. Il est impossible de suivre un drame ou une comédie en utilisant ce type de sous-titrage. Essayez et vous verrez.

La CBC refuse de le faire pour les programmes sous-titrés ou pour les messages publicitaires de l’extérieur. Seuls les messages de la CBC elle-même, comme les promos concernant les spectacles à venir, sont sensés être sous-titrés, et même là, ce n’est pas toujours le cas. La CBC refuse d’utiliser l’anglais du Canada. On pourrait penser que ce genre de colonialisme n’existe plus aujourd’hui, mais la CBC utilise l’anglais britannique, et encore ne le fait-elle pas toujours parfaitement.

Ce qui est assez amusant, c’est que j’ai une solution à offrir pour ce problème. Je suis le fondateur du Open & Closed Project. C’est un projet de recherche sans but lucratif que j’ai en gestation depuis cinq ans. Notre objectif est de rédiger une série de normes pour les quatre domaines d’accessibilité audiovisuelle : sous-titrage et description audio, traduction en sous-titre, doublage. Ces normes n’existent pas encore; en tout cas, aucune n’a été élaborée dans le cadre d’un processus ouvert, ni testée auprès du public. Nous allons consacrer trois années à l’élaboration de ces normes, puis une année supplémentaire pour les tester dans le monde réel. Nous publierons les spécifications et nous assurerons la formation et l’accréditation des pratiquants. Il sera alors possible pour les diffuseurs tels que la CBC, les producteurs et le CRTC, et aussi le public, pour réclamer que toute leur accessibilité soit ouverte et fermée.

D’autre part, arrivé à ce point, il n’y aura pas autant de types de sous-titrage qu’il y a d’entreprises qui le pratiquent. Tout sera normalisé. Il y aura un sous-titrage pur et simple. Il n’y aura pas six sous-titrages de style CBC ou CTV, ou de sous-titrage imposé par le moins offrant pour les contrats. Nous avons besoin d’un demi-million pour la première année, et de cinq à sept millions de dollars pour toute la durée de ce projet de sept années – ce qui n’est vraiment pas grand-chose. Nous avons fait une demande d’aide financière qui serait fournie par les dépenses au titre des avantages sociaux provenant de plusieurs fusions dans l’industrie de la radiodiffusion. Nous n’avons rien obtenu jusqu’à présent, mais cela ne peut pas durer car nous avons des appuis partout.

Nous avons l’appui de l’industrie. Nous avons des lettres de soutien signées de fournisseurs de sous-titrages et de descriptions, de fabricants de logiciel et de radiodiffuseurs de quatre pays.

Nous avons l’appui du public. Et j’ai créé un programme de «micro-patronage» afin d’avoir les ressources nécessaires pour trouver des fonds pour l’ensemble du projet. Deux cent quinze personnes y ont volontairement contribué financièrement, et des douzaines d’entre elles ont écrit des lettres de soutien.

Nous somme amis avec tous les chercheurs valables. Nous connaissons non seulement intimement les bons chercheurs dans le domaine de l’accessibilité, mais nous avons aussi des ententes verbales avec certains d’entre eux.

Mais le Open & Closed Project ne bénéficie pas du soutien de la SRC. En privé, certains membres de son personnel lui sont favorables, y compris une personne qui nous a écrit une lettre de soutien. Mais ce n’est pas suffisant. Il serait vraiment important que le radiodiffuseur public national du Canada reconnaisse la nécessité de normes indépendantes extérieures et en appuie l’élaboration. Un tel appui serait inestimable. Il n’est pas nécessaire que cela coûte de l’argent. Une déclaration publique à ce sujet serait un bon point de départ. Mais pour que cela se produise, il faudrait que la SRC cesse de ne penser qu’à elle-même et de se montrer aussi arrogante et défensive. À ce propos, la SRC ne s’est pas contentée de ne pas appuyer le Open & Closed Project, elle a tenu des réunions secrètes à huis clos avec d’autres diffuseurs et d’autres fournisseurs de services de description audio dans le but de réécrire les normes actuelles.

En résumé, la SRC a une exigence tout à fait particulière en matière de sous-titrage, et elle ne fait rien pour respecter cette exigence. La Commission des droits de la personne a refusé d’appliquer sa propre décision ou même de faire enquête sur son application. La SRC préfère fabriquer ses propres normes plutôt que d’apporter un soutien à des normes ouvertes indépendantes.


MME DIANE BOURGEOIS: Merci, monsieur le président.

Je n’ai pas de question pour MM. Gue, Lewis et Spence parce que, comme j’habite au Québec, je ne suis pas la politique au Canada anglais. Alors, je laisserai la parole aux autres membres du comité.

Monsieur Wilks, vous avez beaucoup d’attentes envers ce comité, et nous allons essayer d’y répondre de notre mieux. D’ailleurs, nous sommes ici pour cela.

Quant à M. Joe Clark, l’homonyme de l’autre, j’aimerais vous demander quelles sont vos demandes précises. Vous avez produit un beau document et vous nous avez expliqué dans les détails toutes les plaintes que vous formulez. Si on n’avait qu’une ou deux demandes à formuler à la Société Radio-Canada, pourriez-vous me résumer comme il le faut lesquelles ce serait?

M. JOE CLARK: En fait, c’est assez simple. La SRC devrait être un des porte-étendards de l’accessibilité au Canada. Cela signifie pour ses réseaux de télévision, par exemple, un sous-titrage à 100 p. 100, une quantité importante de descriptions audio sur le Web; des émissions accessibles pour les personnes handicapées; deuxièmement, tous ces mécanismes d’accessibilité devraient fonctionner conformément à des normes ouvertes élaborées de manière indépendante. C’est facile.

MME DIANE BOURGEOIS: Donc, vous souhaitez l’accessibilité pour les personnes handicapées et vous souhaitez que ce soit fait ouvertement. Qu’est-ce que ça signifie?

M. JOE CLARK: Non, cela se ferait conformément à des normes élaborées ouvertement dans le cadre d’un processus extérieur indépendant. Les normes sont élaborées selon un processus ouvert. Ce ne sont pas des normes fermées.

MME DIANE BOURGEOIS: Qui a mis au point ce processus externe?

M. JOE CLARK: Pour le Web, il existe déjà des normes internationales élaborées de manière indépendante que l’on pourrait appliquer; les mécanismes sont déjà en place. En ce qui concerne la radiodiffusion, le sous-titrage et les descriptions audio, mon organisation veut que les normes soient rédigées de manière indépendante.

MME DIANE BOURGEOIS: C’est bien, merci.

Si je comprends bien, autant vous, monsieur Clark, que les gens ici semblez dire que le système des plaintes à Radio-Canada ne fonctionne pas bien et qu’on aurait avantage à mettre en place de meilleures mesures de contrôle. C’est bien ce que vous nous avez dit?

M. JOE CLARK: Pas précisément parce que je n’ai pas de plaintes à exprimer au sujet de l’objectivité journalistique, comme les autres membres du groupe pourraient en avoir, je n’en ai pas non plus au sujet des mécanismes de financement ou des erreurs dans tel ou tel documentaire. Je n’ai pas ce genre de plaintes à exprimer.

En fin de compte, discuter de l’accessibilité à la CBC paraît être une question d’ordre interne. Il s’agit de ses propres activités de production. En fait, si vous vous rendez au centre de radiodiffusion à Toronto, c’est au sixième étage que cela se trouve, dans les Programs Broadcast Services. Donc, lorsqu’il s’agit de plaintes, je ne suis pas dans la même catégorie que mes honorables collègues à cette table.

Vous faites cependant observer que la CBC supporte mal les critiques. Elle n’a en fait que deux façons d’agir. Dans le premier cas, elle fait machine arrière. Sa première réaction, en particulier lorsqu’il s’agit de critiques exprimées par une organisation de droite, c’est de faire machine arrière et de se dégonfler complètement. Prenons l’exemple suivant : disons qu’elle a produit un docudrame au sujet d’un homme politique célèbre des Prairies, et que ce docudrame, même s’il s’agit d’une histoire romancée, présente cet homme politique portant une montre au poignet droit alors qu’en fait il la portait au poignet gauche, et qu’après une véritable grêle de plaintes au sujet de cette épouvantable erreur historique, la CBC met bas les armes et s’engage à ne plus jamais diffuser cette oeuvre et d’interrompre la vente des DVD. Ce serait là un bon exemple de son manque de courage.

Dans le second cas, j’en ai moi-même fait l’expérience, la CBC se comporte de manière ignoble. Vous lui prouvez qu’elle a commis une erreur et elle réagit en grinçant des dents et, bouillonnant de colère, elle continue à soutenir qu’elle n’a pas fait d’erreur. Elle conteste la définition même de l’erreur. Elle passe toutes sortes de choses en revue mais ce qui l’inspire c’est la colère et une attitude défensive.

Donc, si nous voulons améliorer la culture qui règne à la SRC au sujet des plaintes, je dirais que celle-ci devrait cesser de se montrer à la fois peureuse, arrogante et constamment sur la défensive.

M. CHARLIE ANGUS: Je vous remercie tous vivement pour vos déclarations de cet après-midi.

M. Clark, ce que vous avez dit m’intéresse car le sous-titrage est une question extrêmement importante chez nous. Nous ne visionnons que des films sous-titrés. Nous faisons la même chose pour la télévision car ma fille aînée est sourde. Nous avons vu bien des films sous-titrés où l’on passe brusquement au norvégien. Quand il faut indiquer le nom de quelqu’un, on se retrouve avec 13 j et deux x et le tout est illisible. Il y a des décalages où le point culminant est dépassé depuis longtemps alors que vous êtes encore en train d’essayer de suivre le sous-titrage.

Je ne sais pas si vous avez vérifié la situation en ce qui concerne les DVD. Dans la plupart des films canadiens que je vois... En fait, nous ne les suivons pas parce qu’ils ne sont jamais sous-titrés. Les films américains le sont. Savez-vous si les produits de la CBC sur DVD sont sous-titrés?

M. JOE CLARK: Reprenons cela point par point. Les erreurs: je suppose que vous parlez de sous-titrage en temps réel, comme cela se fait pour un journal télévisé, par exemple?


M. JOE CLARK: S’il s’agit d’un nom propre peu courant, ce qui arrive tous les jours, les sous-titreurs en temps réel ne l’ont pas dans leur dictionnaire. Ils ont le choix entre l’épeler laborieusement lettre par lettre, ce qui peut se produire plusieurs fois dans la même phrase, ou laisser des pointillés à la hâte et espérer que la traduction sera correcte, ce qui ne marche pas souvent. Dès le lendemain, cependant, si le nom est encore dans les nouvelles, il est inscrit au dictionnaire, mais cela, vous ne le verrez pas.

Décalages – parlez-vous aussi de sous-titrage en temps réel pour les spectacles en direct?


M. JOE CLARK: Le sous-titreur humain doit entendre la bande audio, y réfléchir, taper sur les touches appropriées ou le répéter, après quoi, il faut que le tout soit traduit par l’ordinateur, retransmis par ligne téléphonique, et finalement cela vous revient. Il y a donc un décalage inévitable de trois à neuf secondes, même lorsque le sous-titrage est vraiment de bonne qualité, et cela ne changera jamais.

Maintenant, c’est vrai en ce qui concerne les DVD: la plupart des oeuvres qui sortent des studios aux États-Unis sont sous-titrées et cela en partie à cause du règlement d’une poursuite en recours collectif en 2006. Au Canada, un grand nombre de DVD proviennent de petits producteurs indépendants ou – soyons généreux – de producteurs soucieux de réduire les frais, qui ne se donnent même pas la peine d’offrir une bande audio en français ou des sous-titres en français. On trouve donc très fréquemment des DVD canadiens sans sous-titrage. Les DVD de la CBC que j’ai visionnés, sont sous-titrés, et plusieurs d’entre eux comportent une description audio. Je n’ai pas vérifié pour voir si c’était toujours le cas.

Posted: 2007.05.09 14:07

Homepage: Joe Clark Homepage: Joe Clark Media access (captioning, Web accessibility, etc.) Graphic and industrial design Journalism, articles, book