Joe Clark: Accessibility | Design | Writing

Evidence given before the House of Commons Standing Committee on Canadian Heritage, 2002

Looking for my similar testimony from 2007?

(Skip right to English transcript)

On 23 April 2002, I gave “evidence” (testimony) before the Standing Committee on Canadian Heritage of the House of Commons in Ottawa. The Committee is examining the state of the Canadian broadcasting system.

My goal was to explain how the current Broadcasting Act permits unconstitutional illegal discrimination against blind and deaf Canadian television viewers.

Useful links:

This page gives a slightly-edited version of the official English transcript (skip right to the English or the French). I fixed obvious sense errors (you can ask me for a list) and removed references to the other person sharing the table with me. (That’s how they save time – committees invite two unrelated parties to sit at the table and give evidence together.) I did not change anything to make me sound smarter, better-informed, or more fluent. Besides, you can look at the official transcript if you doubt me. (And I did not correct the French.)

(Update, 2002.09.07: I received a call from the House informing me that the mistakes I had corrected here, which I had also forwarded to the Committee, have been rectified in the official transcript. Yes, in parliamentary procedure, you can rewrite history in the pursuit of a technically accurate transcript.)

(I recorded the televised version of the proceedings, though I flubbed recording the French version. I looked and sounded OK. I was by far the best-dressed man in the room even though or indeed specifically because I was the only one not wearing a tie. But that’s another story altogether.)

And what’s the best part? The Chair’s question “Why are your answers not any shorter, Mr. Clark?”

English original testimony

(View the official version)

Mr. JOE CLARK (Individual Presentation): Hello, and thank you for inviting me to give evidence to this panel. In fact I gave evidence to the equivalent panel 12 years ago, the last time the Broadcasting Act was being revised. I remember that Mrs. Finestone was on the panel at that time.

I’ll give a little background information about myself first. I am a journalist and author and an accessibility consultant in Toronto. I go back over almost 25 years in the field of accessibility for people with disabilities. For example, I’ve been watching captioned television since the late 1970s, since before closed captioning was invented.

I’ve written over a dozen articles on topics related to captioning, audio description, and other related issues. I’ve a book coming out on web accessibility entitled Building Accessible Websites, New Riders Publishing. It should be coming out in June. I’ve given a number of presentations in the field of captioning and audio description.

The Atlantic Monthly described me as The King of Closed Captions, whereas Silent News, the monthly newspaper for the deaf, said I was “the Ralph Nader of the captioning industry” and “one of the captioning industry’s pests,” although I prefer the term gadfly myself.

I have a wealth of accessibility-related information on my website, I do a little accessibility consulting. It’s a field I’m just getting into. I recently completed a project with a major Canadian broadcaster on the topic of online video captioning.

Before we begin, let’s define two terms related to accessibility. One you’re probably all familiar with is captioning, which is an accessibility technique for deaf and hard-of-hearing viewers and anyone else who likes captioning. Those are visible, written transcriptions of dialogue and other meaningful sound effects on a television program.

The access technique for blind and visually impaired people is audio description, in French, description sonore, which involves a separate narrator reading from a carefully honed script, who describes out loud the visual action that’s taking place on the screen that you could not figure out from the soundtrack.

Let’s move on to substantive issues.

I might as well drop the bomb right at the outset. The Broadcasting Act, as it’s currently written, is unconstitutional and it permits illegal discrimination against people with disabilities in the broadcasting sector. It’s also inconsistent within itself.

Let’s review what the Broadcasting Act says. In paragraph 3.(1)(p) it says: “programming accessible by disabled persons should be provided within the Canadian broadcasting system as resources become available for the purpose.” Yet at the same time, item 3.(1)(d)(iii) tells us “the Canadian broadcasting system should, through its programming, serve the needs and interests, and reflect the circumstances and aspirations, of Canadian men, women and children, including equal rights.”

So the question is how can you reflect the aspirations of Canadian men, women, and children, including equal rights, if that equality is subject to broadcaster whim? The reality is that the phase “as resources become available for the purpose” amounts to “if we the broadcasters feel like paying for it.”

The fact of the matter is that accessibility tends to cost money in all spheres of life. If you look at other issues in inequality, it doesn’t cost you any more or any less as a retailer, for example, not to discriminate against Jews or blacks who come into your facility. In the field of employment, for example, it might actually cost you money to accommodate religious minorities or people with disabilities. Those are very unusual cases.

In broad terms, the only examples where providing equality costs money is the field of disability, because disability is qualitatively different from the other forms of equality.

So if the issue according to paragraph 3.(1)(p) of the Broadcasting Act is that we can only have accessibility as resources become available for the purpose, I would like someone to explain to me how it is that we always have resources for new television channels. Isn’t it a funny thing that in the year 2001 the CRTC was able to license over 200 category-one and category-two digital specialty channels in a nation of 30 million people? Isn’t it odd how we have enough money in the broadcasting system to start entire new networks, but the money isn’t there to actually make the existing ones accessible?

Besides, according to the testimony of some of the largest private broadcasters, they already make a profit on captioning alone, not even considering audio description for the moment. On the Global Television Network, for example, Ms. Browne said in the CRTC hearings: “actually the profits on closed captioning were about a million on $5 million.” Global Television makes a 20% profit on captioning. We don’t have captioning 24 hours a day on Global. We barely have audio description on Global. Isn’t there something wrong with this?

CTV also admits, although they didn’t give exact numbers, that they make a profit on captioning themselves.

The idea that accessibility should only be provided as resources become available for the purpose has been superseded by events. There has always been money available. The issue is the broadcasters don’t particularly want to pay it.

Do keep in mind, the public spectrum in Canada is exactly that, public. It belongs to all people. It does not belong to the four or five large corporations that have most of the A-list television licences in Canada. If the spectrum belongs to the people of Canada, all people should be able to receive and understand the programming. Whether you’re blind, deaf, or otherwise, it should all come to you because it is a spectrum you own.

To put it in more financial terms, which tends to be the ones that get the most coverage these days, if you’re paying for cable or satellite TV, and you are blind or deaf, you are paying the same fee as a non-disabled person, but you do not have equivalent access to all the programming. That, in itself, is a prima facie discrimination.

On the topic of the CRTC, they are really the source of all pain when it comes to this. I’ve been badgering the CRTC about this for nearly twenty years. They still haven’t cleaned up their act.

The entire licensing process, when it comes to accessibility, is simply a licence to discriminate. You can look at the relationship between the CRTC and broadcasters as an old boys network in which there is no outright collusion. There doesn’t need to be. Everyone seems to agree on the basic principle that we’ll put in a bit of captioning and a little audio description for blind people. In reality, we won’t do anything that would threaten the viability of the main purpose to make money. After all, there are only a handful of public broadcasters in Canada; nearly all of them [nearly all the rest – Ed.] are private. Private, in this case, is a euphemism for profit-making.

The problem, of course, is that captioning and audio description cost money. The more captioning and description required by the regulator, the lower the profits for most of the broadcasters.

There’s no enforcement whatsoever of any accessibility provisions, such as they even exist in the Canadian broadcasting system. Nothing untoward will happen to you at all if you’re a broadcaster and do not meet requirements for captioning or description. There has never been a case in which any broadcaster has ever been meaningfully punished for failing to live up to captioning or description requirements. It simply doesn’t happen.

Captioning and description are seen as expendable or non-essential added-on features of the Canadian broadcasting system. It must be pointed out that for nondisabled viewers, main picture and main sound aren’t considered expendable or non-essential. The techniques used to make them accessible to deaf, hard-of-hearing, blind, or visually impaired people are seen as non-essential and expendable.

Another point that must be kept in mind is that quality is a serious problem in Canadian captioning and description. The Broadcasting Act elsewhere requires programming be held to a high standard. The problem is Canadian captioning has always been terrible. It’s only getting worse, with one exception. Let me give you a bit of detail on it.

Canada and the United States are mirror images of each other when it comes to captioning quality. On the topic of real-time captioning for live television programs of the sort you’d see on CBC Newsworld, for example, Canada has always had good to excellent captioning. We’ve had very good training of staff here.

In the United States, real-time captioning has been at best okay to good for various historical reasons. In the United States, on the other hand, their captioning of pre-recorded programs, the many dramatic series we like to watch in the evenings, for twenty years has been good to excellent.

In Canada, captioning of pre-recorded programs has been appalling to abysmal for twenty years. There has been almost no improvement whatsoever in the field of captioning of pre-recorded shows in Canada. In fact, it has gone downhill over the last ten years because more post-production houses are getting into the captioning business. Captioning is “straightforward.” It’s only transcription. They’ll have a girl do it. They hire a secretary to mis-transcribe the program and pop up the captions. It is considered proper captioning under the CRTC requirements.

This isn’t really my opinion. I could sit you down and show you the identical program captioned by Canadians and Americans. Degrassi High and Degrassi Junior High are two examples. After one or two episodes, you’d walk out of there agreeing with me that the Canadians don’t know what they’re doing and the Americans do. A root cause for this discrepancy is the fact that there are no standards for captioning in Canada. There are certainly no standards for description.

The Canadian Association of Broadcasters is known to be working on a Canadian captioning standard. With any luck, I am going to have an audience with the CAB this afternoon to talk about it.

It’s my fear that the captioning standards that have so far only included the existing broadcasters, the existing captioning service providers, and a couple of deaf representatives will merely set in stone all the bad practices we’ve been putting up with for the last twenty years in Canada. Instead of doing bad captioning on the fly, it will now be enforced. It’s a human resources issue. Captioning is mostly done by underpaid staff these days.

It’s quite possible to earn $30,000 a year doing captioning, but that’s pretty much the ceiling. You tend to have younger people doing the work, fresh out of university, mostly female with not a lot of life experience. This has a material bearing on the ability to transcribe a program. That’s merely the first task involved in captioning. We need a certain degree of human resources training to improve the quality of captioning. As it stands, captioning in Canada is different from in the United States, but it isn’t any better.

Things get worse. We are recapitulating the history of Canadian captioning in the new field of audio description. The CRTC and broadcasters have pretended for 14 years that audio description is this hypothetical new thing that may be coming down the pike some day. In fact, PBS in the United States has been airing audio description every week since 1988. PBS doesn’t exactly have a lot of cash. If they can make it work, certainly the Canadian broadcasters can.

Finally, last year the CRTC eventually acknowledged reality and has begun to require broadcasters to provide some described programming for blind and visually-impaired Canadians. Global and CTV are the only licensees that have a requirement to provide description. TVA and Vision, for example, are two other broadcasters that are expected to. The contested local Toronto and Hamilton television licences also have requirements for description, but we can’t say those are quite set in stone yet, can we?

It’s been one mistake after another for over 20 years. I’ve been intervening in a number of licence renewal hearings in Canada, the U.S., and Australia to try to set the industry straight on this. In general, there has been no willingness to improve things. As it stands now, most of the Canadian broadcasting system is inaccessible to disabled viewers. That means it’s unequal. That means that it is unconstitutional.

The remedies I seek are the same remedies that any deaf or hard-of-hearing person or any blind or visually impaired person would seek. They’re pretty drastic, but they’re the only ones that are necessary. It’s 100% captioning of all programming in English and French, 24 hours a day. One hundred percent captioning in other languages is attainable if we leap certain technical barriers. A longer period of phase-in could be allowed for that.

Similarly, blind and visually impaired Canadians are no less important than deaf and hard-of-hearing Canadians – not any more important either – but they’ve been overlooked in the broadcasting system for 14 years. One hundred percent of English and French programming, 24 hours a day, on all stations should be audio-described to make it accessible.

So there you go. That’s the ten-minute rundown on accessibility in Canada. I’ll give the floor to Mr. Fitzgerald and then we can answer your questions later.

The CHAIR: Thank you. You raised a very important issue, Mr. Clark. We appreciate it. [...] I’ll now ask Mrs. Gagnon to start the question period.


Ms CHRISTIANE GAGNON: Thank you, Mr. Chairman.

Mr. Clark, in the context of our discussions on the Broadcasting Act, I have spoken to representatives of Radio-Canada and I told them about the captioning issue. I mentioned that Radio-Canada did not have the same captioning frequency as its English counterpart. They explained me certain realities: since the American market is more developed than the French market I am referring to France , the percentage of captioning is smaller in Quebec and in other francophone Canadian areas. They told me how they tried very hard to increase the availability of programs with French captioning.

A colleague from the Bloc Quebecois has just submitted a Bill to increase availability of captioning for the hearing impaired community.

Do you believe public television makes more efforts than private broadcaster to that effect? What directions could we take for our efforts in regards to the data that I was given by representatives from Radio-Canada.


Mr. JOE CLARK: Thank you.

Actually, I expected to be asked questions about French captioning. There are, of course, two kinds: real-time captioning, which is steno-captioning of live programs, and captioning of pre-recorded programs. The technological barrier is with real-time captioning, although it is merely a perceived technological barrier.

The French-language broadcasters have been pretending for the better part of a decade that it is difficult or impossible to caption live shows in French. In fact, in the mid-1990s there were two different systems developed to do real-time captioning in French using English hardware.

You may not be aware that to do real-time captioning you use special court-reporting keypads that have only 24 keys. They’re about eight inches wide and six inches deep. You have to press several keys at once to produce anything from a single sound to a phrase.

There is no French-language hardware for real-time court reporting or any kind of stenography, in fact. In a case of ingenuity coming to the rescue, some American and Canadian software developers remapped French phonology onto the English hardware. The same thing was done, by the way, in the Spanish language in the U.S. It’s possible to real-time caption in Spanish using English-language hardware.

In any event, since the mid-1990s there have been two different systems that can do this on the English-language hardware. One was co-developed by a Canadian real-time captioning company, Waite & Associates. They did a very good job, I must say, and had every accent available in the caption decoder font. It was actually pretty good.

The competing system was developed by Société Radio-Canada. Naturally, there would be a competing system because it is Canada. We have to have competition in captioning, right? It’s technically an inferior system. The only accented character it uses is lower-case é, when it’s technically possible to use many more accents than that. The French-language broadcasters have put their eggs in that basket.

There’s a distinct shortage of trained real-time captioners in French around the world, because the system is new. It has been adapted to the English hardware, after all. There are some in France. There are some in Quebec. There aren’t enough.

There are no legitimate training programs for machine-aided stenography in the French language, as there are in English. Canada has a very good source for English-language court-reporting training, but there are no schools for French-language court reporting.

On the technological front, there are actually two systems. The first one still exists. It’s not in use anywhere in Canada. The rights were sold back to the co-developer on the American side, Cheetah International in California. They still have it in their banks and can readily sell it to any broadcaster. The Radio-Canada system is also available. Technologically, the problem has been solved. It becomes a question of training adequate numbers of court reporters.

I have a final note on that point. The proficiency of real-time court reporting in French at present, after six or seven years of attempting it, is no better than real-time captioning was in English in the first year. They simply can’t keep up with the French language. There are linguistic reasons for it.

I have a BA in linguistics, so I can speak knowledgeably about this. As you know, French has a larger number of words per sentence of a larger word length. There is gender and number agreement. You have to keep all these things straight and type them out on the keypad. It’s even worse than Spanish. There are built-in linguistic constraints, but they could be overcome. It’s not as though captioning English in real time is easy either, but we managed to master it.

The solution to the problem would seem to be better training regimens for French-language real-time captioners.

If you have a question about captioning French pre-recorded shows, please, go ahead and ask. I can tell you about that too. I think you’re talking about live programming.

The CHAIR: Why are your answers not any shorter, Mr. Clark?


Ms CHRISTIANE GAGNON: I have another question. You are bringing up the issue of technology for the hearing impaired and for the blind community. What would be the technology needs for the blind community? I assume we would need voice technology but I am unsure what we could develop to better serve your needs.


Mr. JOE CLARK: From the hardware standpoint, there are two ways to deliver any kind of accessible television service. The terms are closed and open – ouvert et codé in French. Closed captioning is the kind we almost always encounter. It is embedded in the TV signal and you need a caption decoder to make the caption visible. Open captioning would be captions that everyone sees. They are a permanent part of the picture. You can draw a parallel in the field of audio description. Almost all description that you can find on the airwaves worldwide is closed description. You have to turn it on. That is done through the so-called SAP, second audio program channel, that is transmitted on any television broadcast. So you have to set your television, or more likely your VCR, to second audio program, or SAP, and then you hear the main audio plus descriptions.

Ms WENDY LILL: Thank you very much, both of you, for your presentations. I think what we’ve heard from both of you are issues that are fundamental to our communities, and yet they remain invisible a great deal of the time. They’re not invisible now, and I appreciate that. [...]

In terms of closed captioning, or captioning and audio description, I think it’s critical that we do put forward a very strong recommendation on this. I believe that there should be equal citizenship for persons with disabilities, and that includes being able to watch TV and be part of the broadcasting environment.

Do you have a sense of the cost of what it would take to get 100% captioning 24 hours a day, and 100% audio description for our broadcasting system? Because that’s the battle we will face when we put forward something like that.

So if you could answer both of those questions it would be great.

Mr. JOE CLARK: The cost issue is the only objection that’s ever raised when we talk about accessibility, and I’m getting a bit tired of it. If we think of human rights legislation, there is the undue hardship or undue burden defence. So it is possible to defend yourself against a claim that you’ve engaged in discrimination or unequal treatment because to remedy it would involve undue hardship. That certainly cannot be said of the Canadian broadcasting system. It’s awash in cash. It makes an enormous amount of money.

I’ve given you evidence from two private broadcasters that they make profits on captioning. But to substantively answer your question, to provide quality captioning of all English and French programming, not just putting anything in the television signal, would cost many tens of millions of dollars per year, and would require a massive ramping up of the captioning infrastructure. However, that’s the minimum necessary to provide equality for deaf and hard-of-hearing viewers.

Audio description is a much more labour-intensive process, and costs in the order of ten times as much as captioning. However, that is for the sort of well-scripted, tightly delivered kind of audio description you find on dramatic programs like The Associates, Cold Squad, Psi Factor, or any of the other Canadian shows being described right now. That’s an expensive and time-consuming process.

But not all programming in the Canadian system is like that. There’s a lot of news programming, for example, that could be made accessible through audio description by merely reading out what the onscreen titles say. If they give a phone number and the news anchor doesn’t read it, well, the news anchor should read the phone number. If it’s available in onscreen text, it should be available through voice. That kind of provision requires a rejigging of the way you deliver a newscast, but it doesn’t actually cost money.

The historical background to your question is that the CRTC and the broadcasters, in their old boys network, have always accepted the fact that we shouldn’t really be spending too much money on those deaf people, and certainly not on those blind people, because it gets in the way of things.

Under the Constitution there is no undue hardship defence, as you would find in the Canadian Human Rights Act, for example. Even if there were, it would be inapplicable here, because the Canadian broadcasters simply have the money to do it.

The CHAIR: Mr. Hearn.

Mr. LOYOLA HEARN: [...] You know, I believe this is the first time in ten years that the Broadcasting Act has been looked at, or maybe more than ten years now. Consequently, times have changed. The country has certainly changed. If we’re encouraging people to come to this great country of ours, we have to make sure we accommodate them in every way, and this is certainly one way.

I have a short question for Mr. Clark. I almost forgot your name – I’m only kidding you; you don’t remind me of the other Mr. Clark.

You mentioned that there are profits in captioning, yet you say captioning only takes place in selective programming. I’m wondering if there are profits simply because of the programming that’s selected for captioning. If it were captioning across the board, would the same profit ratio be in place? Or are they like everything else, that you advertise on programs where you know you’re going to make a sale, but if you advertise across the board it wouldn’t pay off?

Are you aware if that is the case? These companies, private or public, that say they make profit on the captioning, is it because they are captioning only selective programs? If they had to cover the whole spectrum, would it be a profit-making venture, or would it be a loss?

Mr. JOE CLARK: Let me give you some background on how so-called captioning sponsorships work. It’s a bit of a boondoggle, actually.

To caption a program costs anywhere from $100 to $900 or $1,000; it depends on the captioning provider. A lot of American programming comes in off the satellite already pre-captioned, so the cost for captioning is nothing.

The way the broadcasters have set up captioning sponsorships is not the way the Americans have done it. In the U.S., captioning sponsorships really mean we pay for the captioning, and when you see on the captions, Captioning sponsored by Toyota, or by William Wrigley Jr. Company Foundation, or whoever actually paid for the captioning, and it’s built into the program, you read it on the captions forevermore.

The way the Canadians have decided to do it is to make little commercials that say, in voice, “Closed captioning sponsored by (insert name of sponsor).” Those closed captioning clips run 10 to 15 seconds. Some of them are quite clever; about 25% of them aren’t themselves captioned. So the idea is that the broadcaster merely charges its normal 10- or 15-second rates and calls it a captioning sponsorship, and allegedly uses that money to pay for the captioning when in fact captioning is either free, in the case of many American programs delivered off satellite, or inexpensive, in the case of real-time captioning, which is about $145 per broadcast hour now, which is essentially nothing, or semi-expensive, if you’re somehow managing to license American captioning or if you use one of the more expensive but still not very competent Canadian providers.

What the Canadian broadcasters call captioning sponsorships is really advertising under a different name. So it isn’t actually true what you’re saying, that the really popular shows are the ones that are making all the money. It’s not linear. It’s possible that the rate books for advertising on the various broadcasters might be cheaper in the daytime than at 9 p.m. That merely underscores the fact that we’re talking about advertising and not captioning sponsorship.

It is through this means that CTV and Global have managed to make a profit on captioning. In other words, they line up all their expenses in any kind of captioning production on one side of the ledger, and then line up all the income they’ve received from these captioning advertising segments on television, and on that basis it’s considered profitable.

It’s a funny thing, though, that the quality of captioning never improves. You don’t see the use of more expensive captioning techniques like pop-on captions that appear and disappear in discrete blocks instead of real-time captioning – the former is more expensive than the latter – and you don’t see them pouring the profits they’ve made on captioning back into things like accessibility for the blind and visually impaired.

Throughout the entire process, for twenty years, captioning and now description have been seen as somewhat unenjoyable, tedious, and irksome things that we don’t particularly like ourselves. We would certainly never imagine watching an entire program with captioning, no way, and we kind of object to the fact that we have to pay for it in the first place. But the CRTC is not being too hard on us. They’ll just make us pay for a certain amount of captioning, not a whole lot, and we can put whatever kind of captioning we want up there, the cheapest we can possibly get, in most cases, and that will be satisfactory for everyone.

Mr. LOYOLA HEARN: Thank you very much.

The CHAIR: Mr. Clark, thank you very much for your information, which was extremely useful. Our researchers might pick your brain from time to time, if you don’t mind. [...] Thank you very much, and thank you for appearing. It was extremely useful.

French translation

(View the official version)

M. JOE CLARK (témoignage à titre personnel): Bonjour, et merci de m’avoir invité à témoigner devant votre comité. J’ai d’ailleurs témoigné il y a 12 ans devant le même genre de groupe, la dernière fois que l’on a révisé la Loi sur la radiodiffusion. Je me souviens que Mme Finestone était membre du comité à l’époque.

Je vais tout d’abord me présenter. Je suis journaliste, auteur et consultant en matière d’accessibilité à Toronto. Voilà près de 25 ans que je travaille dans le domaine des possibilités d’accès offertes aux personnes handicapées. Ainsi, je suis le sous-titrage à la télévision depuis la fin des années 70, avant même que l’on ait inventé le sous-titrage codé pour malentendants.

J’ai rédigé une dizaine d’articles sur le sous-titrage, la description sonore et d’autres sujets connexes. Je vais publier un livre sur les possibilités d’accès à Internet qui s’intitule Building Accessible Websites, édité par New Riders Publishing. Il devrait sortir en juin. J’ai fait un certain nombre de conférences dans le domaine du sous-titrage des messages sonores.

On a écrit dans l’Atlantic Monthly que j’étais «Le roi du sous-titrage codé pour malentendants» alors que Silent News, le mensuel des malentendants, m’a qualifié de «Ralph Nader de la profession du sous-titrage» et «l’une des terreurs de la profession du sous-titrage», même si je préfère me qualifier moi-même de «mouche du coche».

J’ai une quantité d’informations sur l’accessibilité sur mon site Web, Je fais un peu de consultation sur l’accessibilité. C’est un domaine que je ne fais qu’aborder. Je viens de terminer un projet avec un grand radiodiffuseur canadien sur la question du sous-titrage vidéo en direct.

Avant de commencer, définissons les deux notions touchant à l’accessibilité. Vous êtes probablement tous familiarisés avec le «sous-titrage», une technique d’accessibilité s’adressant aux téléspectateurs sourds et malentendants ou bien à tous ceux qui aiment le sous-titrage. Ce sont des transcriptions visibles et écrites d’un dialogue et d’autres effets sonores utiles dans une émission de télévision.

La technique d’accès s’adressant aux aveugles et aux personnes mal voyantes est la «description sonore», en anglais audio description, qui fait intervenir un narrateur distinct lisant un scénario préparé avec soin et qui décrit à voix haute la scène que l’on peut voir à l’écran et dont la bande sonore ne peut pas donner une idée.

Passons maintenant aux questions de fond.

Lançons tout de suite un pavé dans la mare. La Loi sur la radiodiffusion, dans sa rédaction actuelle, est inconstitutionnelle et elle autorise une discrimination illégitime contre les personnes handicapées au sein du réseau de la radiodiffusion. Elle est par ailleurs incohérente.

Considérons les dispositions de la Loi sur la radiodiffusion. L’alinéa 3(1)p) dispose: «Le système devrait offrir une programmation adaptée aux besoins des personnes atteintes d’une déficience, au fur et à mesure de la disponibilité des besoins.» Pourtant, au même article, le sous-alinéa 3(1)d)(iii) nous précise que le système canadien de radiodiffusion doit, dans ses émissions, «répondre aux besoins et aux intérêts, et refléter la condition et les aspirations des hommes, des femmes et des enfants canadiens, notamment l’égalité sur le plan des droits».

La question est donc de savoir comment refléter des aspirations des hommes, des femmes et des enfants au Canada, y compris en ce qui a trait aux droits à l’égalité, à partir du moment où cette notion d’égalité dépend du bon vouloir du radiodiffuseur. En réalité, l’expression «au fur et à mesure de la disponibilité des besoins» signifie que tout dépend dans quelle mesure les radiodiffuseurs sont disposés à payer.

Dans la pratique, quel que soit le secteur, l’accessibilité a tendance à coûter de l’argent. Dans les autres domaines liés aux inégalités, il n’en coûte pas plus et pas moins à un détaillant, par exemple, de ne pas faire de discrimination contre les Juifs ou les Noirs qui fréquentent son établissement. Dans le domaine de l’emploi, d’un autre côté, la nécessité de tenir compte des besoins des minorités religieuses ou des handicapés peut effectivement coûter de l’argent. Ce sont là des cas très peu fréquents.

De manière générale, le principe de l’égalité ne va coûter de l’argent que pour ce qui est des handicapés, parce que la façon de traiter les handicaps est qualitativement différente des autres formes d’égalité.

Si l’on dit, par conséquent, à l’alinéa 3(1)p) de la Loi sur la radiodiffusion que l’accessibilité doit dépendre des ressources disponibles, j’aimerais que quelqu’un m’explique pourquoi nous avons toujours des ressources pour créer de nouvelles chaînes de télévision. N’est-il pas étrange qu’en 2001, le CRTC ait pu délivrer plus de 200 licences de chaînes thématiques numériques des catégories un et deux dans un pays de 30 millions d’habitants? N’est-il pas étrange qu’il y ait suffisamment d’argent au sein du réseau de la radiodiffusion pour lancer de tout nouveaux réseaux alors qu’il n’y en a pas en fait pour rendre accessible ceux qui existent déjà?

De plus, si l’on en croit le témoignage de certains grands radiodiffuseurs privés, ces derniers réalisent déjà des bénéfices pour le seul sous-titrage, sans même prendre en compte pour l’instant la description sonore. Sur le réseau de Global Television, par exemple, Mme Browne a déclaré lors des audiences du CRTC: «en fait, les bénéfices tirés du sous-titrage codé pour malentendants se situent entre 1 et 5 millions de dollars.» Global Television fait un profit de 20 p. 100 sur le sous-titrage. Nous n’avons pas de sous-titrage 24 heures par jour sur Global. Il n’y a pratiquement pas de description sonore sur Global. Est-ce que cela pose un problème?

CTV reconnaît de son côté, même si ce réseau ne fournit pas des chiffres exacts, qu’il réalise lui aussi des bénéfices sur le sous-titrage.

L’idée selon laquelle l’accessibilité doit dépendre des ressources disponibles a été rendue caduque par l’évolution de la situation. Il y a toujours eu de l’argent disponible. Le problème, c’est que les radiodiffuseurs n’ont pas vraiment envie de payer.

N’oubliez pas le terme de «publique» dans l’expression télévision publique au Canada. Elle appartient à tout le monde et non pas aux quatre ou cinq grandes sociétés qui possèdent pratiquement toutes les licences de télévision de catégorie A au Canada. Si la télédiffusion appartient à la population canadienne, tout le monde doit pouvoir recevoir et comprendre les émissions. Que l’on soit aveugle, sourd ou autre, il faut que chacun puisse tirer profit des émissions parce que c’est sa propriété.

Du point de vue purement financier, le problème est particulièrement d’actualité. Une personne aveugle ou sourde qui paie la transmission par câble ou la télévision par satellite verse le même montant qu’une personne non handicapée alors qu’elle n’a pas le même accès à toutes les émissions. Il s’agit là au départ d’une discrimination.

Le CRTC est en fait à l’origine de toutes les difficultés en la matière. Voilà près de 20 ans que je le houspille à ce sujet. Il en est toujours au même point.

L’ensemble du mécanisme des licences, en matière d’accessibilité, encourage tout simplement à la discrimination. On peut considérer la relation entre le CRTC et les radiodiffuseurs comme une vieille entente entre amis sans qu’il y ait une collusion déclarée. Ce n’est pas nécessaire. Tout le monde semble partir à la base du principe qu’il faut faire un peu de sous-titrage et quelques descriptions sonores à l’intention des aveugles. Dans la pratique, il s’agit de ne rien faire qui risque de remettre en cause l’objectif principal du réseau, qui est de gagner de l’argent. Après tout, il n’y a qu’une poignée de radiodiffuseurs publics au Canada, presque tous étant privés. Privé, c’est dans ce cas un euphémisme qui veut dire que l’on cherche à gagner de l’argent.

Le problème, bien entendu, c’est que le sous-titrage et la description sonore coûtent de l’argent. Plus le responsable de la réglementation exige des sous-titrages et des descriptions sonores, moins les radiodiffuseurs font de profits.

Aucune mesure n’exige que l’on fasse respecter les dispositions en matière d’accessibilité, telles qu’elles existent même dans le réseau canadien de radiodiffusion. Vous ne risquez rien en tant que radiodiffuseur si vous ne respectez pas les exigences de sous-titrage ou de description sonore. On n’a jamais vu un radiodiffuseur être vraiment sanctionné pour ne pas avoir fait de sous-titrage ou de description sonore. Ça ne se fait tout simplement pas.

Les sous-titrages et les descriptions sonores sont considérés comme des compléments facultatifs au sein du réseau canadien de radiodiffusion. Il convient de signaler que pour les téléspectateurs non handicapés, les images ou les sons ne sont pas jugés facultatifs. Par contre, les techniques d’accessibilité s’adressant aux sourds, aux malentendants, aux aveugles ou aux handicapés visuels sont jugées non essentielles ou facultatives.

Il faut aussi tenir compte du fait qu’il y a un gros problème de qualité dans les sous-titrages et les descriptions sonores au Canada. La Loi sur la radiodiffusion exige des émissions de qualité dans tous les autres domaines. Les sous-titrages au Canada ont toujours été de piètre qualité. Ça ne fait qu’empirer, à une exception près. Laissez-moi vous donner quelques précisions à ce sujet.

La qualité des sous-titrages au Canada est l’inverse de celle des États-Unis. Pour ce qui est du sous-titrage en temps réel des émissions télévisées en direct, comme on peut en voir à l’émission Newsworld de CBC, par exemple, le Canada a toujours disposé de bons ou même d’excellents sous-titrages. Nous avons un personnel bien formé chez nous.

Aux États-Unis, le sous-titrage en temps réel est tout au plus passable pour différentes raisons historiques. Par contre, le sous-titrage des émissions préenregistrées, des mini-séries télévisées comme celles que l’on aime regarder tous les soirs, est excellent aux États-Unis depuis vingt ans.

Au Canada, le sous-titrage des émissions préenregistrées est assez catastrophique depuis vingt ans. Il n’y a eu pratiquement aucune amélioration dans le domaine du sous-titrage et des émissions préenregistrées au Canada. En fait, la qualité est en chute libre depuis dix ans parce que la plupart des services de postproduction se lancent dans le sous-titrage.

Le sous-titrage est littéral. On se contente de transcrire. On fait appel, pour ce faire, à une secrétaire qui transcrit sommairement l’émission et qui fait apparaître les sous-titres. On considère qu’il s’agit là d’une bonne façon de sous-titrer aux termes des exigences du CRTC.

Ce n’est pas vraiment mon avis. Nous pourrions nous asseoir et je vous montrerais la même émission sous-titrée par des Canadiens et par des Américains. Prenons l’exemple de Degrassi High et de Degrassi Junior High. Après un ou deux épisodes, vous allez sortir de là en étant d’accord avec moi pour dire que les Canadiens font n’importe quoi comparativement aux Américains. Cette différence s’explique par le fait qu’il n’y a pas de normes de sous-titrage au Canada. Il n’y a bien évidemment aucune norme s’appliquant aux descriptions sonores.

Nous savons que l’Association canadienne des radiodiffuseurs s’efforce d’élaborer une norme canadienne sur le sous-titrage. Avec un peu de chance, je vais rencontrer cet après-midi des représentants de l’ACR pour en parler.

J’ai bien peur que cette norme de sous-titrage, à laquelle n’ont collaboré jusqu’à présent que les radiodiffuseurs en place, les fournisseurs de services de sous-titrage existants et un ou deux représentants des sourds ne feront qu’entériner toutes les mauvaises habitudes qui nous ont été imposées ces vingt dernières années au Canada. Au lieu de faire du mauvais sous-titrage à la sauvette, on va maintenant l’ériger en système. C’est une question de ressources humaines. De nos jours, le sous-titrage est effectué avant tout par du personnel sous-payé.

Il est tout à fait possible de gagner 30 000 $ par an en faisant du sous-titrage, mais c’est le bout du monde. Ce sont généralement des jeunes sortis tout juste de l’université qui font ce travail, principalement des femmes qui n’ont pas beaucoup d’expérience de la vie. C’est un gros inconvénient lorsqu’il s’agit de transcrire une émission. C’est l’essentiel lorsqu’il faut faire du sous-titrage. Nous devons former jusqu’à un certain point du personnel pour améliorer la qualité des sous-titrages. Dans l’état actuel des choses, le sous-titrage, tel qu’il est effectué au Canada, est différent de celui des États-Unis, mais n’est certainement pas meilleur.

La situation empire. Nous refaisons l’histoire du sous-titrage canadien dans le nouveau domaine de la description sonore. Le CRTC et les radiodiffuseurs prétendent depuis 14 ans que la description sonore est une technique nouvelle potentiellement intéressante que l’on pourrait bien voir arriver un jour. En réalité, PBS fait aux États-Unis de la description sonore sur les ondes toutes les semaines depuis 1988. PBS n’est pas si riche que ça. Si elle réussit à le faire, les radiodiffuseurs canadiens peuvent certainement eux aussi y parvenir.

L’année dernière, enfin, le CRTC a fini par se rendre compte de la réalité et s’est mis à demander aux radiodiffuseurs de diffuser des émissions avec description sonore à l’intention des aveugles et des malvoyants au Canada. Global et CTV sont les seuls titulaires de licences qui sont tenus de fournir une description sonore. TVA et Vision, par exemple, sont deux autres radiodiffuseurs censés devoir le faire. Les titulaires des licences de télévision locale contestées de Toronto et d’Hamilton doivent aussi fournir une description sonore, mais on peut difficilement dire que cette exigence soit gravée dans le marbre, n’est-ce pas?

On a multiplié les erreurs depuis plus de 20 ans. Je suis intervenu dans le cadre des audiences de renouvellement d’un certain nombre de licences au Canada, aux États-Unis et en Australie pour essayer de remettre l’industrie dans le droit chemin en la matière. De manière générale, les responsables ont fait preuve d’un manque de volonté lorsqu’il s’agissait d’améliorer la situation. Dans la situation actuelle, la plupart des émissions canadiennes ne peuvent être vues par les téléspectateurs handicapés. L’accès n’est donc pas le même pour tous. Cela signifie que nous enfreignons la Constitution.

Les solutions que je préconise sont celles que vont recommander tous les sourds, les malentendants, les aveugles ou les malvoyants. Elles sont assez draconiennes, mais ce sont celles dont on a besoin. Il s’agit de sous-titrer l’intégralité des émissions diffusées en anglais et en français, 24 heures par jour. Le sous-titrage intégral dans les autres langues est possible si l’on surmonte certains obstacles techniques. On pourrait prévoir à ce titre un allongement du délai de mise en service.

Parallèlement, les aveugles et les malvoyants au Canada valent autant que les sourds et les malentendants – ni plus, ni moins – mais voilà 14 ans que le système de radiodiffusion ne tient pas compte de leurs intérêts. L’accessibilité exige que l’on fasse la transcription sonore de l’intégralité des émissions en anglais et en français, 24 heures par jour.

Et voilà; c’était l’exposé en dix minutes sur l’accessibilité au Canada. Je vais maintenant laisser la parole à M. Fitzgerald et nous pourrons répondre ensuite à vos questions.

Le PRÉSIDENT: Je vous remercie. Vous avez soulevé un problème très important, monsieur Clark. Nous vous en sommes reconnaissants. [...] Je vais maintenant demander à Mme Gagnon de poser les premières questions.


Mme CHRISTIANE GAGNON: Merci, monsieur le président.

Monsieur Clark, lors de notre tournée sur la Loi sur la radiodiffusion, j’ai parlé avec des représentants du radiodiffuseur public Radio-Canada et je leur ai mentionné la question du sous-titrage. Je leur ai dit que la partie francophone n’avait pas le même pourcentage de sous-titres que la partie anglophone et je me suis fait expliquer certaines réalités: le marché américain étant plus développé que le marché francophone – je pense à la France – , le pourcentage de sous-titres est moins élevé au Québec et dans la partie francophone du Canada hors Québec. Ils m’ont dit qu’ils avaient fait beaucoup d’efforts pour augmenter la disponibilité des émissions avec sous-titrage.

Une collègue du Bloc québécois a justement déposé un projet de loi afin que le sous-titrage soit plus disponible pour les malentendants.

Pensez-vous que la télévision publique fait plus d’efforts que les radiodiffuseurs privés à cet égard? Quel type d’effort pourrait-il y avoir compte tenu des données dont m’ont fait part les représentants de Radio-Canada?


M. JOE CLARK: Je vous remercie.

Je m’attendais effectivement à ce que l’on me pose des questions sur le sous-titrage en français. Il y en a, évidemment, deux sortes: le sous-titrage en temps réel, qui est la transcription sténographique d’émissions diffusées en direct, et le sous-titrage des émissions préenregistrées. L’obstacle technique concerne le sous-titrage en temps réel, même si c’est simplement une question de perception.

Les radiodiffuseurs de langue française prétendent depuis pratiquement dix ans qu’il est difficile, voire impossible, de sous-titrer les émissions diffusées en direct en français. En fait, depuis le milieu des années 90, deux systèmes différents ont été mis au point pour sous-titrer en temps réel, à l’aide de matériel prévu pour l’anglais, les émissions diffusées en français.

Vous ne savez peut-être pas que pour faire du sous-titrage en temps réel, on utilise des claviers spécialement prévus pour la sténographie judiciaire, qui ne comportent que 21 touches. Ils font environ huit pouces de largeur et six pouces de hauteur. Il faut appuyer sur plusieurs touches à la fois pour produire une seule syllabe ou une phrase tout entière.

Il n’existe pas de matériel en français pour faire de la sténographie judiciaire en temps réel, ni d’ailleurs n’importe quel type de sténographie. Faisant preuve d’ingéniosité, certains fabricants de matériel américains et canadiens ont adapté la phonologie française sur le matériel anglais. On a fait d’ailleurs la même chose aux États-Unis pour ce qui est de la langue espagnole. Il est possible de faire du sous-titrage en temps réel en espagnol à l’aide du matériel prévu pour l’anglais.

Quoi qu’il en soit, depuis le milieu des années 90, il existe deux systèmes différents qui permettent de le faire sur le matériel prévu pour l’anglais. L’un d’entre eux a été mis au point par un Canadien travaillant dans une société de sous-titrage, Waite & Associates. Je dois dire que cette société a fait un excellent travail et que tous les accents peuvent être transcrits à l’aide des caractères du décodeur de sous-titrage. Le travail a été très bien fait.

Le système concurrent a été mis au point par la société Radio-Canada. Naturellement, il faut un système concurrent puisque l’on est au Canada. Il faut bien se faire la concurrence sur le sous-titrage, n’est-ce pas? Techniquement, c’est un système inférieur. La seule lettre accentuée dont on dispose est le «é» minuscule, alors qu’il est techniquement possible de transcrire beaucoup plus d’accents que cela. Les radiodiffuseurs de langue française ont mis tous leurs oeufs dans ce panier.

Il y a une grande pénurie de sous-titreurs en temps réel qualifiés en français dans le monde étant donné que le système est nouveau. Après tout, il a été élaboré à partir du matériel prévu pour l’anglais. Il existe des spécialistes en France et quelques-uns au Québec. Il n’y en a pas suffisamment.

Contrairement à ce qui se passe pour l’anglais, il n’existe pas en français de bons programmes de formation en sténographie mécanographique. Le Canada a de très bons programmes de formation en sténographie judiciaire pour ce qui est de l’anglais, mais pas en ce qui a trait au français.

Sur le plan technique, deux systèmes coexistent. Le premier existe encore. Personne ne l’emploie au Canada. Les droits ont été restitués au partenaire américain qui a contribué à le développer, Cheetah Systems Captioning en Californie. Il le garde sous la main et peut toujours le revendre à un radiodiffuseur. Le système de Rogers au Canada est aussi disponible. Sur le plan technique, le problème a été résolu. Il faut maintenant former suffisamment de sténographes judiciaires.

J’ajouterai une dernière chose. La qualité du sous-titrage sténographique en temps réel en français, après six ou sept ans d’essai, est actuellement bien meilleure que ce qui se faisait en anglais la première année. On a tout simplement du mal à s’adapter à la langue française. Il y a des raisons linguistiques à cela.

J’ai une licence universitaire en linguistique et je peux donc vous en parler en toute connaissance de cause. Vous savez que la phrase française compte davantage de mots relativement plus longs qu’en anglais. Il faut faire les accords en genre et en nombre. Il faut tenir compte de tout cela lorsqu’on fait la dactylographie sur le clavier. C’est encore pire qu’en espagnol. Il y a des contraintes linguistiques intrinsèques, qui peuvent être surmontées cependant. Le sous-titrage en anglais n’est pas facile non plus, mais nous y sommes parvenus.

Il semble que la solution soit de former davantage de spécialistes du sous-titrage en temps réel en français.

Vous pouvez aussi me poser des questions sur le sous-titrage des émissions préenregistrées en français si vous le voulez. Je peux aussi vous répondre sur ce point. Je pense que vous faisiez allusion aux émissions en direct.

Le PRÉSIDENT: Comment se fait-il que vos réponses ne sont pas plus courtes, monsieur Clark?


Mme CHRISTIANE GAGNON: J’ai une autre question. Vous parlez de la technologie pour les malentendants, mais aussi pour les personnes aveugles. Quel genre de technologie faudrait-il pour répondre aux besoins des personnes aveugles? À ce moment-là, il faut sans doute faire appel à la voix, mais j’ai un peu de difficulté à voir ce qu’on pourrait développer pour mieux vous servir.


M. JOE CLARK: Sur le plan du matériel, il y a deux façons de dispenser un service accessible à la télévision. Closed et open en anglais – «ouvert» et «codé» en français. C’est le sous-titrage codé que l’on rencontre presque toujours. Il est intégré au signal de transmission télévisée et il faut un décodeur de sous-titrage pour le faire apparaître. Le sous-titrage ouvert est celui que tout le monde voit. Il fait partie intégrante de l’image. Vous pouvez faire le même parallèle dans le domaine de la description sonore. Presque toutes les descriptions sonores que l’on trouve sur les ondes dans le monde sont codées. Il faut brancher le son correspondant. Cela se fait par l’intermédiaire de ce que l’on appelle la SPA, la seconde piste audio, qui figure dans toute émission de télévision. Il vous faut donc brancher votre appareil de télévision, ou plus vraisemblablement votre magnétophone, sur la seconde piste audio, la SPA, qui vous permet alors d’entendre les descriptions sonores complémentaires.

Il est plus onéreux pour les radiodiffuseurs d’installer le matériel permettant de diffuser sur la seconde piste audio mais, une fois qu’on l’a installé, il n’en coûte pas plus cher pour tourner une heure d’émission comportant une description sonore. Il n’y a pas de différence de coût au niveau de l’appareillage en anglais et en français. Une fois que l’on a fait passer en régie l’intégralité de l’émission sur la seconde piste audio, c’est fait pour toujours, quelle que soit la langue ou la description sonore transmise par la SPA.

Mme WENDY LILL: Je vous remercie tous deux de vos exposés. Je considère que vous venez d’évoquer des questions dont l’intérêt est fondamental pour nos collectivités, et qui pourtant sont souvent passées sous silence. On en parle, désormais, et je m’en félicite. [...]

Je pense qu’il est essentiel que nous présentions une recommandation très ferme sur la question des sous-titrages codés ou des sous-titrages accompagnés d’une description sonore. J’estime que les personnes handicapées sont des citoyens comme les autres et qu’il faut par conséquent qu’ils puissent regarder la télévision et s’insérer dans le cadre du système de radiodiffusion.

Avez-vous une idée du coût du sous-titrage intégral, 24 heures sur 24, et d’une description sonore intégrale pour notre système de radiodiffusion? En effet, c’est l’obstacle qu’il nous faut surmonter lorsque nous faisons ce genre de recommandation.

J’aimerais bien que vous puissiez répondre à ces deux questions.

M. JOE CLARK: La seule objection que l’on fait lorsqu’on parle de l’accessibilité est celle des coûts, ce qui commence à me lasser. Dans le domaine des droits de la personne, il est possible de faire valoir pour sa défense un fardeau ou des difficultés indus. Il est donc possible de se défendre contre une allégation de discrimination ou d’inégalité de traitement en alléguant que cela entraînerait des difficultés incomparablement trop élevées. On ne peut certainement pas le prétendre dans le cas du système canadien de radiodiffusion. Les entreprises croulent sous les liquidités. Elles gagnent énormément d’argent.

J’ai évoqué le cas de deux radiodiffuseurs privés qui font des profits en sous-titrant. Pour répondre toutefois à votre question sur le fond, pour faire un sous-titrage de qualité de toutes les émissions en anglais et en français sans se contenter de plaquer n’importe quoi sur les émissions télévisées, il en coûterait des dizaines et des dizaines de millions de dollars par an et il faudrait se doter d’énormes moyens de sous-titrage. C’est toutefois le minimum indispensable si l’on veut fournir des émissions de qualité aux sourds et aux malentendants.

La description sonore exige bien plus de personnel encore et coûterait dix fois plus encore que le sous-titrage. C’est toutefois ce genre de description sonore bien rédigée et parfaitement conçue que l’on retrouve actuellement au Canada dans des émissions dramatiques comme The Associates, Cold Squad, Psi Factor et autres. C’est une procédure onéreuse qui prend beaucoup de temps.

Toutes les émissions diffusées au Canada ne sont pas comme cela cependant. Il y a de nombreuses émissions d’actualité, par exemple, qui pourraient être rendues accessibles grâce à une description sonore si l’on se contentait simplement de lire ce qui est écrit à l’écran. Lorsqu’on indique un numéro de téléphone et que le commentateur des nouvelles ne le donne pas, il est bien facile de lui demander de le lire. Si ce numéro est écrit sur l’écran, il doit être lu à voix haute. Une telle façon de procéder oblige à repenser la façon dont on diffuse les nouvelles, mais ça ne coûte pas d’argent en fait.

Pour répondre à votre question sur le plan historique, la situation s’explique par le fait que le CRTC et les radiodiffuseurs, au sein d’un réseau où ils se connaissent tous, sont toujours partis du principe qu’il n’était pas nécessaire de gaspiller de l’argent au service des sourds, et encore moins des aveugles, parce que c’était trop compliqué.

La Constitution ne prévoit aucun moyen de défense alléguant l’ampleur des difficultés, contrairement à ce que l’on peut voir, par exemple, dans la Loi canadienne sur les droits de la personne. Même si c’était le cas, ce serait inapplicable ici, tout simplement parce que les radiodiffuseurs canadiens disposent de l’argent nécessaire.

Le PRÉSIDENT: Monsieur Hearn.

M. LOYOLA HEARN: Merci, monsieur le président. [...] Vous savez, je crois que c’est la première fois en dix ans, et peut-être plus maintenant, que l’on réexamine la Loi sur la radiodiffusion. Les temps ont donc bien changé. Notre pays n’a pas manqué d’évoluer. Si nous voulons encourager les gens à immigrer dans notre grand pays, nous devons leur faciliter la vie au maximum, et c’est certainement un des moyens de le faire.

J’ai rapidement une question à poser à M. Clark. J’ai presque oublié votre nom – je plaisante; vous ne me rappelez absolument pas l’autre Clark.

Vous nous dites que l’on peut gagner de l’argent en faisant du sous-titrage et pourtant qu’on ne le fait que dans certaines émissions bien précises. Je me demande si ces bénéfices s’expliquent simplement par le fait que l’on choisit des émissions bien précises. Si l’on sous-titrait toutes les émissions, est-ce que l’on ferait les mêmes bénéfices? Au contraire, est-ce que c’est toujours la même histoire qui fait que l’on passe des publicités dans certaines émissions lorsque l’on sait que l’on va faire des ventes alors que ce ne serait pas rentable si on le faisait dans toutes les émissions?

Savez-vous s’il en est ainsi? Est-ce que ces sociétés, privées ou publiques, nous disent qu’elles réalisent des bénéfices sur le sous-titrage parce qu’elles ne sous-titrent que certaines émissions bien déterminées? Si elles devaient le faire pour toutes, est-ce que ce serait rentable, ou y aurait-il des pertes?

M. JOE CLARK: Laissez-moi vous expliquer comment fonctionne toute cette opération du sous-titrage commandité. C’est d’ailleurs en fait au petit bonheur la chance.

Pour sous-titrer une émission il en coûte 100 $, 900 $ ou 1 000 $, tout dépend de celui qui fait le sous-titrage. Nombre d’émissions américaines sont transmises par satellite alors qu’elles sont déjà sous-titrées; le coût du sous-titrage est donc nul.

Les radiodiffuseurs n’abordent pas la question des commandites en matière de sous-titrage de la même façon qu’aux États-Unis. Aux États-Unis, si un sous-titrage est commandité, cela signifie véritablement que l’on paie pour le sous-titrage et l’on peut voir dans les sous-titres: «Sous-titrage commandité par Toyota», par William Wrigley Jr. Company Foundation, ou toute autre société ayant effectivement payé le sous-titrage. Il est intégré à l’émission et les sous-titres sont inscrits pour toujours.

Les Canadiens ont choisi de faire oralement de petites annonces publicitaires indiquant «Sous-titrage codé commandité par...», suivies du nom du commanditaire. Ces courtes séquences de sous-titrage codé durent de 10 à 15 secondes. Certaines d’entre elles sont assez intelligentes, environ 25 p. 100 d’entre elles ne sont pas elles-mêmes sous-titrées. Selon ce principe, le radiodiffuseur se contente d’appliquer son tarif normal correspondant aux 10 ou 15 secondes en qualifiant cela de sous-titrage commandité et déclare avoir utilisé cet argent pour payer le sous-titrage alors que celui-ci est soit gratuit, dans le cas de nombre d’émissions américaines diffusées par satellite, soit peu coûteux, s’il s’agit d’un sous-titrage effectué en temps réel, qui coûte actuellement environ 145 $ par heure d’émission, soit à peu près rien, ou très peu, si l’on s’est arrangé pour obtenir sous licence le sous-titrage américain ou si l’on a recours à un sous-titrage plus onéreux, mais qui reste très peu qualifié, en provenance des fournisseurs canadiens.

Ce que les radiodiffuseurs canadiens qualifient de sous-titrage commandité est en fait de la publicité sous un nom déguisé. Par conséquent, ce que vous nous dites, que les émissions vraiment populaires gagnent tout l’argent, n’est pas vrai en fait. Ce n’est pas linéaire. Il est possible que les tarifs pratiqués par les différents radiodiffuseurs soient moins élevés dans la journée qu’en soirée. Cela vient simplement confirmer le fait que nous parlons ici de publicité et non pas de sous-titrage commandité.

C’est par ce moyen que CTV et Global ont réussi à faire des bénéfices sur le sous-titrage. Autrement dit, ils font d’un côté la liste de toutes leurs dépenses liées à la production des sous-titrages et, de l’autre, celle de toutes les recettes tirées de ces séquences de publicité sous-titrée à la télévision, et ils en concluent sur cette base que c’est rentable.

Ce qui est bien étonnant, cependant, c’est que la qualité des sous-titrages ne réussit jamais à s’améliorer. On ne les voit pas recourir à des techniques de sous-titrage plus onéreuses comme les sous-titres qui apparaissent et disparaissent dans des bulles séparées plutôt que de faire du sous-titrage en temps réel – cette dernière technique est moins onéreuse que la première – et on ne les voit pas réinjecter non plus les bénéfices tirés du sous-titrage dans des techniques d’accessibilité s’adressant par exemple aux aveugles et aux malvoyants.

Tout au long de cette évolution, pendant vingt ans, le sous-titrage et maintenant la description sonore ont été considérés comme une corvée monotone et dérangeante que l’on cherche à éviter. Il n’est pas question de concevoir une émission sous-titrée dans son intégralité et l’on se refuse à payer cette technique au départ. Toutefois, le CRTC n’est pas trop exigeant. Il demande seulement que l’on fasse quelques sous-titrages, pas beaucoup, que l’on dispose les sous-titres un peu au hasard, en payant le moins d’argent possible, dans la plupart des cas, et tout le monde est content.

M. LOYOLA HEARN: Je vous remercie.

Le PRÉSIDENT: Monsieur Clark, je vous remercie de ces renseignements, qui nous seront très utiles. Nos attachés de recherche pourraient bien vous consulter à l’occasion, si vous n’y voyez pas d’inconvénient.

M. JOE CLARK: En fait, je m’apprête à vous remettre un mémoire étonnant et même stupéfiant, qui vous donnera davantage de détails que vous pouvez imaginer. Je sais par expérience que dans une réunion comme celle-ci, tout le monde écoute si l’on fait un exposé improvisé, mais chacun se met à lire le mémoire si on en a fourni un. J’ai donc décidé de procéder dans un autre ordre. Mais effectivement, je vous donnerai toutes sortes de renseignements et je suis prêt à répondre éventuellement à vos questions.

Le PRÉSIDENT: Je vous remercie de votre comparution, qui nous fut très utile.

You are here: joeclark.orgCaptioning and media access
Standing Committee on Canadian Heritage evidence, 2002.04.23

Updated 2002.09.07

Homepage: Joe Clark Homepage: Joe Clark Media access (captioning, Web accessibility, etc.) Graphic and industrial design Journalism, articles, book